ARTS ET TRADITIONS BASQUES

Quelques notions de Souletin pour prononcer correctement les noms....
Calendrier ds fêtes sur l'agenda de la CDC

Txerrero, Gathuzain, Kantiniersa
Txerrero, Gathuzain, Kantiniersa

LA DANSE

Au regard des danses populaires, dites "sauts basques", communes à l'ensemble du pays, la Soule possède sa particularité dans la danse dite "savante". D'un niveau exceptionnel dans les traditions populaires, elle est basée sur des mouvements appelés "points de principe", importés récemment et qui semblent rattachés à un état ancien du ballet français...

Si les sauts relèvent de la tradition ancienne, les points de principe ont été enseignés par les maîtres à danser de l'armée qui, de retour au pays, répandaient leur savoir localement.

Les recrues du Pays Basque possédaient ainsi un savoir-faire suffisant pour accéder au niveau de maître à danser de cette danse exigeante en précision, finesse et technique.

Les pratiques pastorales permettaient ensuite l'apprentissage de la danse, passe-temps favori des bergers, par le croisement de gens de villages différents et par l'émulation entre eux, qui générait sans cesse des apports de nouveaux points.

La danse souletine trouve sa place au sein des mascarades et pastorales ou lors de rencontres festives. Assimilée par toute la jeunesse (pratiquement un groupe par village), elle est un élément de la culture populaire.

danseurs de tardets: les musiciens
danseurs de tardets

Les danseurs de Tardets, au fronton d'Abense, 18 août 2005

Entseñaria, Küküleroak, Zamalzain

Entseñaria, Küküleroak, Zamalzain

LA MASCARADE

Entre carnaval et théâtre de rue, la mascarade souletine a inventé son propre genre. Les Souletins ont appelé "Zotal egünak" (jours fous) la période du 26 décembre au 6 janvier. Pour les Anciens, il s'agissait de faire coïncider les calendriers lunaire et solaire. Les Basques, qui ont une notion très élastique du temps, ont bâti leur calendrier sur des observations lunaires ; or, l'année lunaire compte 354 jours contre 365 pour le calendrier solaire ou chrétien. Entre les deux, il y a donc un décalage de 12 jours...une occasion pour célébrer un grand nombre de rites et de pratiques.

La mascarade, c'est un grand jeu soumis à une règle librement consentie, ayant pour cadre la jeunesse d'un village et pour protagoniste toute la population d'un autre village. C'est avant tout une équipe de très bons danseurs qui se sont entraînés des années durant, en bénéficiant des conseils des Anciens, gardiens de la mémoire et de la tradition. Ce spectacle, préparé par un village différent chaque année, est donné dans les villages voisins... mais le prêche de Kabana est évidemment adapté aux personnalités et évènements locaux !
Les personnages de la fête se répartissent en deux mondes qui jouent une partition sur des registres aux antipodes l'un de l'autre :
- les danseurs virtuoses, aux costumes flamboyants, reflètent la grâce personnifiée et l'ordre établi. Associés aux corporations des métiers "nobles", écuyers, maréchal-ferrant, paysans, et aux notables accompagnés de leurs dames, ils forment la mascarade rouge.
- à leur côté, des acteurs hirsutes, sales, grossiers, bouffons, parfois violents : bohémiens, kauterak (chaudronniers), xorrotxak (rémouleurs), hongreurs, animent la mascarade noire.
Xorrotxak
Xorrotxak
Les deux facettes de la société se côtoient l'espace d'une journée sur une même place. C'est aussi l'occasion pour un village de pouvoir défier ses semblables.
Buhamiak
Buhameak
LA BARRICADE. Tour à tour, se mêlent les barricades, des danses, des saynètes, des discours clamés (en Basque, bien sûr).
Le matin, la mascarade débute par des barricades. Autrefois constituées de véritables obstacles à franchir, elles sont aujourd'hui simulées par des bouteilles à même la route, autour desquelles s'agitent les danseurs.
En tête du cortège, les danseurs de la mascarade rouge ouvrent le pas. Sauts, danses très sophistiquées, exigeant technique et endurance, chants lancés à pleins poumons, et libations sont au menu de chaque barricade. De somptueux plateaux de beignets, oreillettes, crèpes, attendent les acteurs.
On reconnaît le "Txerrero" (gardien de troupeau de porcs), portant des clochettes de vache à la ceinture, qui ouvre la route à l'aide de son balai à queue-de-chaval, suivi du "Gathüsain" (homme-chat), manipulant une sorte de ciseau", puis "kantiniersa" (la cantinière), rôle tenu autrefois par une bohémienne, "Zamalzain" (homme-cheval), et l'"Ensenari" (porte-drapeau). Suivent "jauna eta anderea" (le monsieur et la dame), jauna étant le responsable du bon déroulement de la mascarade, puis "laborari eta laborarisa" (les agriculteurs), "marexalak" (les maréchaux-ferrants) et "kükülleroak". "Kerestuak" (les hongreurs) sont parfois chez les rouges, parfois chez les noirs; ils doivent castrer le cheval.


A leur tour, les "beltzak" (noirs), chaudronniers et bohémiens à la figure barbouillée de charbon, prennent d'assaut la barricade. Ce sont d'abord "xorrotxoak" qui se déplacent en chantant pour critiquer les acteurs qui les ont précédés. Puis, les "buhemeak" (bohémiens) guidés par leur chef élu, Basagaitz, brandissent des sabres de bois et se ruent en vociférant des "ouhaaa!" Tout s'achève dans une mêlée confuse, digne du jeu de Soule.

Vers la fin de la matinée, le cortège finit sa course sur le fronton du village qui l'accueille, puis chez l'habitant pour un repas haut en couleur...La loi de l'invitation répond à un code aussi subtil qu'immuable : un des chefs s'assoira à la table d'un élu, un acteur ira chez un hôte qui a tenu le même rôle que lui des années avant...
Marexalak, Kherestuak
Marexalak, Kerestuak

Kauterak
Kauterak
LE SPECTACLE. Après un repas plus que copieux, un à un, les acteurs un peu étourdis sont transportés sur la place pour l'ultime représentation où s'enchaînent danses muettes et longues palabres en basque de "Kabana", déballant des satires et des propos obscènes envers les notables, pendant que les chaudronniers réparent bruyamment le chaudron de Jauna. Pitxu est le kauter le plus habile et farceur, surtout quand les hongreurs et rémouleurs l'appellent à l'aide après avoir mis leurs aides à la porte.

Louanges et blâmes sont distribués gratuitement; le sermon de "Kabana" est truffé d'allusions, éléments d'une évidente culture de connivence villageoise qui provoquent le rire de l'assistance avertie. La satire et le déballage sur la place publique des petits secrets de la société sont un des rites les mieux conservés et les plus répandus des mascarades.
Encore une danse, le "branle", danse en rond dans laquelle la mascarade va chercher des jeunes filles dans le public.
L'après-midi se termine par l'éternelle scène de la mort de "Pitxu" (apprenti chaudronnier), souffre-douleur qui périt au cours d'une des échauffourées. Après une suite d'opérations burlesques, Pitxu revient à la vie.

Jauna, Anderia ; Laborari, Laborarisa ; Medezia
Jauna, Anderia ; Laborari, Laborarisa ; Medezia

C'est en marchant à ses côtés que vous découvrirez la mascarade, par un frais matin d'hiver, dans son monde tintant de grelots, de vacarme et gesticulations, au rythme infatigable de la "txülüla" (flûte basque à trois trous) et du "ttun-ttun".
Quelques photos de la mascarade d'Ordiarp à Alos (22/01/2006)
Photos de la mascarade d'Alos-Tardets à Tardets(13/01/2008) et à Alos-Sibas-Abense(30/03/2008)
Mascarade de Barcus à Tardets le 8/2/09

Mascarade de Larrau à Alos-Sibas-Abense, le 4 avril 2010

 

LA PASTORALE

Apparu à la fin du XVe siècle, ce théâtre de plein air était encore représenté, à la fin du XVIIIe , dans une large part de l'Europe. Par quel miracle la Soule a-t-elle conservé si fidèlement ces représentations hautes en couleur?

Le rôle fédérateur au sein de chacun des villages, le lien social qu'elle génère et renouvelle sans cesse, contribuent au regain d'intérêt que lui portent les Souletins.

Depuis trente ans, on assiste à un véritable renouveau de ce mode théâtral en langue basque, avec des créations nouvelles chaque année, tant au niveau des pièces, des chants, des danses, des musiques, de la poésie...

Mobilisant tous les habitants du village durant toute une saison, drainant un public toujours plus large, la pastorale réussit ce miracle chaque fois répété depuis la nuit des temps, de la transmission d'une culture véritablement populaire : conservée et jouée pour et par le peuple, conservée et transmise par lui.

Les Souletins sont conscients d'être les derniers maillons de la préservation de ce mode théâtral ayant connu ses heures de gloire en Irlande, Grèce, Yougoslavie, Bretagne, Béarn... Véritable expression artistique collective et individuelle, création d'un auteur, d'un metteur en scène, d'une troupe d'amateurs, chaque pastorale est composée d'un rituel scénique : déclamation, déplacements sur scène et toute une expression artistique.

Une mobilisation de plusieurs mois pour un projet commun et deux représentations seulement, sur une scène très sobre, installée dans une prairie ou sur un fronton...

Et le miracle se renouvelle chaque fois.



Affiche choisie

La Commune d'Alos-Sibas-Abense prépare la pastorale de 2009 (26/7 et 2/8).

Juillet 2007: réunion publique et création d'une association (1901) dont le nom sera "Hiruak" ("Les Trois" pour les trois villages réunis)
Août 2007: déclaration de création de l'Association "Hiruak" ("Les trois" pour les trois villages)
Novembre 2007 : réunion du CA pour présentation de trois projets de "scénarios" par leurs auteurs.
Décembre 2007 : choix de l'un des projets

2008 : réunions pour recherche et choix de terrain, salle de répétitions...

Décembre 2008 : le terrain est choisi, la salle est trouvée ...

2009 : Répétitions, réunions d'organisation et de travail : costumes, communication, terrain, gradins, parking...

Affiches sélectionnées

Affiches sélectionnées


Quelques photos d'avant , celles de Serge64, celles de "medicis",

Quelques photos de la pastorale du 26/7 , celles de Serge64, celles d'Eliane H. ,

Pastorale du 2 août, photos de Serge64,

Et 2029 autres !




 

Quelques liens :
La pastorale d'Esquiule http://www.chez.com/pastorale/pastorale.htm
La pastorale http://perso.wanadoo.fr/caralga/past.html
Niko Etxart, chanteur, poète, compositeur souletin http://graphikdesigns.free.fr/niko-etxart.html
Un poète, musicien, auteur souletin http://www.txistulari.com/musikariak/etxahun.htm
Les danses basques http://www.euskomedia.org/PDFAnlt/congresos/08035043.pdf

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL (1)